Populations et religions

Kaléidoscope de plusieurs ethnies

Aujourd’hui, la population surinamaise est constituée de plusieurs minorités. La plus grande, environ 37 % de la population, est celle des Hindoustanis, descendants d’immigrés venus d’Inde au XIXe siècle, tous étant de religions différentes ; soit hindous soit musulmans soit chrétiens.
Les Créoles, qui par définition sont les descendants mélangés de métissage européen blanc et africain noir, représentent environ 31 % de la population.

15 % sont Javanais, arrivés des anciennes Indes néerlandaises.

Et les Marrons, descendants d’esclaves africains évadés, ayant « marronnés » représentent 10 % de cette population Surinamaise.

Le reste du peuple est composé d’Amérindiens (2 %), de Chinois (1 %) et de Blancs (1 %). Les Boeroes (ayant la même origine que les Boers d’Afrique du Sud), descendants des colons ruraux néerlandais du XIXe siècle et les « Bakras ».

Récemment, sont arrivés de nombreux de travailleurs immigrés d’origine brésilienne.

Il reste également quelques familles juives sépharades, descendantes de réfugiés expulsés d’Espagne en 1492 et du Portugal en 1495, arrivées au cours du 17ème siècle par les Pays-Bas, l’Italie ou le Brésil. Ces familles ont bénéficié, durant le régime de la colonisation, qu’elle ait été britannique ou ensuite néerlandaise, d’une certaine autonomie, installées au sein d’une localité appelée Jodensavanne, créee en 1652 sur la Savannah, près de la crique Cassipora.

Une multitude de religions

Le grand nombre de groupes ethniques au Surinam s’accompagne d’une diversité religieuse importante.La plupart des Hindustanis sont hindous, mais il y a également des musulmans et des chrétiens parmi eux. La plupart des Créoles et des Marrons sont chrétiens.

Langue officielle du Suriname

La langue officielle est le néerlandais. La langue orale la plus utilisée est le sranan tongo, mais une vingtaine de langues différentes au minimum sont utilisées par les divers groupes ethniques. La langue anglaise est aussi très pratiquée, parlée et comprise par la plupart des Surinamais à travers tout le pays.

Source Wikipédia