Parcs naturels

Le Suriname, riche en réserves naturelles

Il existe 1 parc et 11 réserves naturelles

Ces réserves sont établies par un comité de conservation de la nature et sont situées sur la zone côtières du littoral pour 5 d’entres elles et à l’intérieur du pays pour les 6 autres. Jusqu’en 1975 elles ont été fondées à partir de critères uniques en termes de flore, faune, culture et objets géologiques ainsi qu’à partir de paysages typiques. Après 1975 elles ont été cartographiées. Aujourd’hui la « central Suriname Nature reserve » est la plus grande. Depuis 1966, la STINASU, Fondation pour la conservation de la Nature au Suriname, s’occupe de la gestion de ces réserves naturelles. Elle a pour mission de promouvoir et d’engager la prise de conscience  de la préservation de la nature, de générer  et de gérer le tourisme de nature dans ces zones afin de les exploiter de manière économiquement durable.

Les réserves naturelles de la zone cotière (littoral et savane):
–          La réserve naturelle de Galibi
–          La réserve naturelle Wia
–          La réserve naturelle de Coppename
–          La réserve naturelle de Peruvia
–          La réserve naturelle Hertenrits
Les réserves naturelles de l’intérieur :
–          la réserve naturelle de Wanecreek
–          la réserve naturelle Copi
–          la réserve naturelle de Coesewijne
–          la réserve naturelle Brinckheuvel
–          la réserve naturelle de Sipaliwini
–          la réserve naturelle Centrale (Ralleighvallen, Tafelberg..)
–          Le parc de Brownsberg

Galibi :

Cette réserve a été créée en 1969. Elle est située sur la côte Nord, dans le district du Marowijne. L’origine de la création de cette réserve est due à une volonté de préservation des tortues marines qui ont leur lieu de nidification au sein de la réserve. Deux stations de recherche y sont érigées en vue de la stimulation de la recherche dans la biologie des tortues marines.Un tourisme géré et maîtrisé par la Stinasu y est possible.La Réserve Galibi, et les villages amérindiens situés à proximité , ne sont accessibles que par bateau, à partir d’ Albina (environ 1h de transport) où les départs y sont réguliers, Des bateaux partent de Saint Laurent du Maroni et d’Awala Yalimapo, mais ils sont plus irréguliers . Les villageois sont autorisés à utiliser la réserve pour la pèche, la chasse, la cueillette de plantes et de petites activités agricoles.

Wia :
Créée en 1966 elle s’étend sur une superficie de 360 km2 au sein du district Marowijne, et à l’ouest de Galibi. Elle a été fondée principalement en raison de sa plage, lieu important de nidification des tortues marines Aujourd’hui cette plage est érodée mais l’intérêt de la réserve réside dans la présence de nombreux oiseaux à observer, en particulier les oiseaux du littoral et des marais ( parmi ceux-ci les célèbres ibis rouges).

Coppenname :
Egalement fondée en 1966, cette réserve est située le long de la côte prés de l’embouchure de la rivière Coppenname au sein du district Saramacca. D’une superficie de 100 km2 elle est également réputée pour l’observation d’oiseaux (notamment les hérons et les ibis rouges).

Peruvia :
Créée en 1986 elle est localisée au sein du district Coronie, face à l’embouchure de la rivière Coppenname dans la partie d’eau douce. Elle s’étend sur une superficie de 310 km2  et présente une flore et une faune intéressante dont une importante collection de palmiers et l’observation possible des aras araraunas.

Hertenrits :
Fondée en 1972 elle est la réserve naturelle la plus petite en superficie du Suriname, située dans le district de Nickerie. L’attrait principal ayant motivé sa création est dû à son patrimoine culturel dans la mesure où l’on y retrouve les restes d’une existence pré-colombienne.

Wanakreek:
Créée en 1986 Wanakreek s’étend sur une superficie de 450 km2 au sein du district de Marowijne. Elle est réputée pour ses savanes humides.

Copi :
Située au sein du district du Para la réserve naturelle de Copi s’étend sur une superficie de 180 km2. Biotope de savanes humides, marais et forêts sur sables blancs elle est traversée par la rivière casawinicakreek, riche en poissons et permettant l’observation de loutres et de caïmans.

Coesewijne :
Créée en 1986 principalement pour la richesse de ses savanes cette réserve s’étend sur une superficie de 270km2, traversée par la rivière coesewijne, rivière peuplée de loutres, caïmans, lamantins et autres. Il est possible de la découvrir à pied ou en bateau.

Brinckheuvel :
Plus ancienne, cette petite réserve d’une superficie de 60km2 a été créée en 1966. Elle est située au sein du district Brokopondo, prés de la rivière Saramaka.

La réserve naturelle Centrale du Suriname :

Créée en 1998 elle résulte de la fusion de 3 réserves naturelles plus anciennes ; Ralleighvallen, Tafelberg et Eilerts de Haangebergte. Placée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, elle est bien connue pour sa forêt et ses cours d’eau aux nombreux rapides et sauts. Elle offre la possibilité d’observation d’une flore exubérante et d’une faune typique, dont les fameux coqs de roches. Un tourisme nature y est géré par la Stinasu et de nombreux chercheurs et scientifiques y mènent des expériences. Le Tafelberg, un plateau abrupt de plus de mille mètres d’altitude s’atteint à pied en 3 à 5  jours.

Sipalawini :
D’une superficie de 1000km2 la réserve naturelle de Sipalawini est située au Sud du pays dans le district du Sipalawini. Créée en 1972 elle présente l’attrait naturel de grandes savanes dans la lignée des savanes Brésiliennes avec une flore et une faune unique et rare.

Parc Naturel Brownsberg
Le Parc Naturel Brownsberg est situé dans le district de Brokopondo, 130 km au sud de la capitale Paramaribo. Géré par la STINASU depuis 1970, ce parc s’étend sur une superficie de 12.200 ha.
Immense  plateau montagneux le Brownsberg culmine au centre du parc et offre une vue magnifique sur le lac de retenue artificielle créée par le barrage Afobaka. Plusieurs sentiers de randonnée régulièrement entretenus permettent la découverte de la forêt et l’observation de la faune (groupes de singes hurleurs, agamis, biches, agoutis….), certains chemins mènent à des cascades. Vous pourrez également observer de nombreux insectes notamment la nuit au moyen d’un éclairage. La STINASU a récemment créé un jardin d’orchidées spéciales vous permettant la découverte de nombreuses espèces différentes.